Centrale nucléaire de Saint Alban Saint Maurice

Accueil du site > fr > Vivre à La Grand’Croix > Sécurité > Centrale nucléaire > Centrale nucléaire de Saint Alban Saint Maurice
Les bons de retrait de comprimés d’iode seront distribués dans vos boîtes aux lettres à partir du 17 septembre et jusqu’à fin octobre.

Extension de 10 à 20 km du rayon du Plan particulier intervention (PPI) de la Centrale Nucléaire de Saint Alban Saint Maurice

Un dispositif efficace pour mieux préparer la population à réagir en cas d’alerte nucléaire.

En 2016, le Gouvernement a pris la décision d’étendre le rayon des PPI autour des centrales nucléaires de 10 à 20 km. Il s’agissait, à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, de réviser le dispositif de protection des personnes. L’extension du rayon des PPI de 10 à 20 km permet en effet d’améliorer la réactivité des pouvoirs publics (communes, préfectures, etc.) et de mieux sensibiliser et préparer la population à réagir en cas d’alerte nucléaire.

Qu’est-ce que le Plan particulier d’intervention (PPI) ?
Le PPI est un dispositif établi par l’État pour protéger les personnes, les biens et l’environnement et pour faire face aux risques liés à l’existence d’une installation industrielle. Si un événement nucléaire se produisait et qu’il était susceptible d’avoir des conséquences à l’extérieur du site, le préfet prendrait la direction des opérations et s’appuierait sur ce plan, qui est une des dispositions spécifiques du plan ORSEC départemental.

Qu’est-ce que cela change concrètement pour les citoyens ?
Les riverains ont reçu au début du mois de juin un courrier les informant de l’extension du rayon du PPI. En septembre 2019, une mise à disposition préventive et gratuite de comprimés d’iode sera organisée.

Elle sera accompagnée d’une campagne d’information sur les risques associés à la présence d’une centrale nucléaire, la prévention de ces risques et la conduite à tenir en cas d’alerte nucléaire. Chaque foyer et responsable d’établissements recevant du public (écoles, commerces, installations sportives, administrations, etc.) recevra en septembre prochain un courrier qui lui permettra de retirer ses comprimés d’iode en pharmacie.

Au niveau des autorités locales, toutes les communes du PPI de la centrale de Saint Alban Saint Maurice se doteront d’un Plan communal de sauvegarde (PCS) qui planifie les actions à mener par les acteurs locaux en cas d’urgence, ce qui est déjà le cas à La Grand’Croix depuis de nombreuses années.

La campagne d’information et de mise à disposition de comprimés d’iode débutera en septembre 2019

Organisée par les pouvoirs publics et EDF, cette campagne a pour objectif de doter l’ensemble des riverains de la centrale nucléaire de Saint Alban Saint Maurice des comprimés d’iode nécessaires à leur protection en cas d’alerte nucléaire. Elle vise également à leur enseigner les bons réflexes.

L’iode : une protection efficace en cas d’accident nucléaire
Si tout est mis en œuvre pour prévenir un accident, les pouvoirs publics se doivent néanmoins d’anticiper une telle éventualité.

En cas d’accident dans un réacteur nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour la population. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde et peut accroitre le risque de cancer de cet organe, surtout chez les enfants.

L’iode stable, administré avant l’exposition à l’iode radioactif, permet de saturer la glande qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif. Il est particulièrement recommandé pour les personnes dont la thyroïde est la plus sensible vis-à-vis du risque de contamination : les femmes enceintes (fœtus), les bébés et les jeunes de moins de 18 ans.

Chaque foyer et établissement recevant du public (écoles, collectivités, entreprises, administrations, etc.) situé dans le rayon de 10 à 20 km autour de la centrale nucléaire de Saint Alban Saint Maurice va recevoir un courrier officiel accompagné d’un dépliant d’information. Ce courrier leur permettra de retirer gratuitement des comprimés d’iode dans les pharmacies participantes (sur www.distribution-iode.com).

Les comprimés d’iode ne protègent que de l’iode radioactif, c’est pourquoi cette campagne a pour but d’enseigner l’ensemble des réflexes qui permettent une protection complète : assurer sa mise à l’abri, préparer son évacuation, etc.

Que se passe-t-il au-delà des 20 km ?
En France, la protection des populations s’appuie sur une organisation qui couvre l’ensemble
du territoire. Au-delà de la zone de 20 km, des plans ORSEC départementaux et zonaux viennent compléter le PPI. Ils concernent notamment la mise à disposition de comprimés d’iode en cas d’urgence, la mise à l’abri, l’évacuation ou les restrictions de consommation afin de soustraire les personnes à l’ensemble des risques liés à des rejets radioactifs.

Pour en savoir plus, un numéro vert et un site internet
• le site www.distribution-iode.com et notamment sa foire aux questions et ses vidéos pédagogiques ;
• les conseillers du N° Vert 0 800 96 00 20 (appel gratuit) sont également à votre disposition du lundi au vendredi de 10h à 18h30 et le samedi de 10h à 12h.

 

Que faire en cas d’alerte nucléaire ?

Découvrez les 6 réflexes en cas d’alerte nucléaire
Les comprimés d’iode ne protègent que de l’iode radioactif, c’est pourquoi d’autres actions pourraient également être nécessaires : la mise à l’abri, des restrictions alimentaires voire l’évacuation. Pour vous protéger, adoptez ces 6 réflexes :

1 > Je me mets rapidement à l’abri dans un bâtiment
Rejoignez sans délai un bâtiment en dur. Si vous êtes déjà dans un bâtiment, isolez-vous de l’extérieur : fermez portes et fenêtres et coupez la ventilation. Si vos enfants sont à l’école au moment de l’alerte, ils seront mis à l’abri par les enseignants.

2 > Je me tiens informé(e)
Respectez les consignes de protection des pouvoirs publics (prise d’iode, évacuation, etc.) diffusées par la radio (France Bleu, France Info, etc.), la télévision (France Télévisions) et le site internet de votre préfecture. Pensez à vous doter, en amont, d’une radio à pile et de piles de rechange.

3 > Je ne vais pas chercher mes enfants à l’école
Restez à l’abri. À l’école, vos enfants sont pris en charge par les enseignants.

4 > Je limite mes communications téléphoniques
Ne saturez pas les réseaux de communication. Ils sont nécessaires à l’organisation des secours et à la transmission d’informations.

5 > Je prends de l’iode dès que j’en reçois l’instruction
La dose d’iode stable doit être prise uniquement et immédiatement à la demande du préfet (suivez la posologie).

6 > Je me prépare à une éventuelle évacuation
Munissez-vous du kit d’urgence que vous aurez préparé au préalable : il comprend en particulier vos papiers personnels, vos éventuels traitements médicaux, des vêtements, de la nourriture et de la boisson. Lors de l’évacuation, respectez les consignes de circulation.

Pourquoi une alerte nucléaire ?
L’alerte est déclenchée quand un événement dans une centrale nucléaire est susceptible d’entraîner des rejets radioactifs et d’avoir des conséquences sur la population présente à proximité.

Comment serions-nous prévenus en cas d’accident nucléaire ?

• L’ALERTE PAR LA SIRÈNE

La sirène diffuse le signal national d’alerte commun à tous les types de risques : un son montant et descendant composé de trois séquences d’1 minute et 41 secondes séparées par un intervalle de 5 secondes. Elle vous signale un danger imminent, il faut alors se mettre à l’abri dans un bâtiment en dur et se tenir informé du comportement à adopter.

• L’ALERTE PAR AUTOMATE D’APPELS TÉLÉPHONIQUES
En cas d’alerte nucléaire, en plus de la sirène, un message vocal est envoyé par un automate d’appel aux habitants situés à proximité immédiate de la centrale nucléaire. Il faut alors se mettre à l’abri et se tenir informé.
Mairie de La Grand’Croix - 2 rue Jean Jaurès - 42320 La Grand’Croix
Tél 04 77 73 22 43 - Fax 04 77 73 41 20 - mairie-de-grand-croix@wanadoo.fr